Jacques Palumbo

 Coordonnées

 Oeuvres

 Biographie

 Expositions

 Bibliographie

 Distinctions

 Livre d'or

 Liens

 Palumbo
 2017 ©


  881949
  Pages consultées
  depuis 2004




Guide de France

AnnuairePlus.net

annuaire

annuaire, guide gratuit, ressources

le gratuit du web, annuaire



Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /home2/macwi5r3/jacquespalumbo.com/29.php on line 14

Oeuvres / Les Cosmogonies / Cosmogonies, Brescia 1989


Dualité


LÉO ROSSHANDLER


Préface du catalogue de l’exposition Dualité à la galerie Sincron de Brescia en Italie




Les mathématiques renferment des moments de beauté dont les initiés affirment qu'ils sont ineffables. L'élégance d'une formule, la clarté d'une solution, la structure d'une équation, voilà autant de situations esthétiques, fondées sur la logique ou même sur l'absurde.

La beauté de ce monde savant et rationnel, le mathématicien peut à l'occasion nous la révéler. Cependant, l'artiste, qu'il s'exerce à travers les sons ou le visuel, par les accords ou les dissonnances, par les formes et les couleurs, est bien mieux en mesure, de nous convaincre des aspects de la beauté inhérente à cette science conceptuelle. Il est concevable que la joie du profane pourrait aller au-delà de ce que ressent l'initié, à condition d'être amené à bon port par son guide.

Il ne s'agit pas de la beauté d'attraction ou de séduction, de celle qui fait jouir ou souff rir, mais bien d'une autre beauté, d'un construit de l'esprit qui se manifeste par un bien-être mental, par un sursaut d'intégration à la pensée créatrice ? Ainsi, couleurs, formes, surfaces, supports, contenu réflexif, exécution, tout dans l'art de Jacques Palumbo se conjugue pour quantifier et mettre en accord le jeu des signes.

Pour ce faire, l'artiste a recours à l'ordinateur. L'appareil réagit en proposant sur l'écran cathodique un schéma d'organisation. L'artiste instruit la machine et en tire des données utiles. L'ordinateur distille l'ensemble des problèmes qui lui sont soumis. Les données visuelles sont transposées sur le subjectile. Toutefois, l'artiste reste maître d'oeuvre.

Dans la série des Élisions, la répétition de deux tons colorés successifs est éliminée. L'interaction des couleurs est soumise à l'analyse selon les principes des synthèses additive et soustractive. La fusion des couleurs soit, le vermillon, le vert et le bleu-outremer, conduit au blanc. Le mélange du jaune, du magenta et du cyan dérive vers le noir.

Les huit couleurs citées - y compris le blanc et le noir - deviennent l'enjeu combinatoire de l'oeuvre de Palumbo. Ces huit vibrations optiques sont agencées selon leur ordre de clarté. Les juxtapositions sont calculées systématiquement selon des principes d'alternance, Une anamorphose épurée de l'espace est reconstituée sur la surface. Le jeu des couleurs est maximal dans les acryliques et émaux sur papier.

Avec la série des Cosmogonies, Palumbo cherche à établir des rapports aux huit directions de l'espace. Tout comme dans les civilisations pré-colombiennes, en particulier les mayas, les toltèques et les aztèques, l'artiste assigne dans ses huiles et acryliques sur toile une couleur spécifique à chacun des huit points cardinaux. En concrétisant une volonté tendue vers l'acuité du rendu, il n'en transparaît pas moins une attitude ludique dans son développement.

Le thème de la présente exposition fait référence à la Dualité. Dualité dans la matérialisation de l'oeuvre et dualité dans son mode d'interprétation, définissant l'espace positif-négatif du tableau ; dualité dans la construction et dualité dans sa conception, chaque projet étant issu de l'ordinateur basé lui-même sur le système binaire.

L'art de Palumbo s'inscrit dans la lignée du constructivisme. S'il est vrai que Palumbo nous propose des oeuvres qui provoquent la réflexion, ses oeuvres, séduisent tout autant par l'organisation et la saturation des couleurs. Rares sont les artistes qui réussissent, comme le fait Palumbo, à engrener la rigueur intellectuelle à la délectation sensuelle. La vision que l'artiste nous offre est un défi à l'observation du témoin : il voit, il ressent, il pense. L'examen de l'oeuvre le pousse à s'examiner.

N'est-ce pas là l'essentiel de toute oeuvre d'art?

Montréal, le 16 septembre 1989




































Conception du site: Raymond Carpentier (rcarpentier@hotmail.com)