Jacques Palumbo

 Coordonnées

 Oeuvres

 Biographie

 Expositions

 Bibliographie

 Distinctions

 Livre d'or

 Liens

 Palumbo
 2017 ©


  881635
  Pages consultées
  depuis 2004




Guide de France

AnnuairePlus.net

annuaire

annuaire, guide gratuit, ressources

le gratuit du web, annuaire



Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /home2/macwi5r3/jacquespalumbo.com/20.php on line 14

Oeuvres / Le Génératif / Transformations


Galerie Gilles Gheerbrant
Exposition Jacques Palumbo


GILLES GHEERBRANT


Du 1-8 avril au 7 mai 1983, la Galerie Gilles Gheerbrant expose les travaux récents de l'artiste montréalais Jacques Palumbo.


L’exposition intitulée « Transformations » comporte un cycle de 32 aquarelles réalisées en 1983. Par ailleurs la petite salle de la Galerie réunit des travaux des années 70 et quelques études de l'an dernier.

Palumbo est reconnu au niveau international comme l’un des pionniers de l’art programmé (travaux à l’ordinateur du début des annés 70) et comme l'un des très rares artistes systématique à travailler la couleur en tant que telle et non seulement comme indice. Les nouvelles aquarelles font toujours appel à une grille géométrique et à un système, mais ce n'est plus comme dans les aquagrammes un système prenant pour point de départ une logique purement artistique des surfaces et des volumes d'eau colorée, mais plutôt, un ensemble complexe de règles de transformation que l’on pourrait qualifier de musicales et qui prennent appui notamment sur le I Ching et la symbolique des couleurs.

Chaque aquarelle renvoie à la précédente et appelle la suivante par une série de transformations continues : il s’agit d’un enchaînement, d'un cycle, d'une boucle à partir de 64 figures intégrées 2 à 2 pour générer les 32 aquarelles, et non pas de variations sur un thème.

L’orchestration des couleurs et leur placement en des endroits spécifiques de la feuille de papier obéit à une stratégie de polarités. Palumbo ne procède pas comme c’était le cas dans ses travaux précédents à une mesure instrumentale de la couleur pour assurer des équilibres ou des harmonies. Dans la série de « Transformations » il a choisi 7 gammes de couleurs et pour chaque plage il modifie progressivement la teinte locale de façon empirique, par couches successives, jusqu'à ce que 1’ensemble « sonne juste ».

La transformation est double puisqu’il s'agit à la fois d'une transformation régie par un programme global et des transfomations résultant du jeu intuitif dans la couleur. C’est par le dialogue paradoxal qu'il opère entre programme et intuition que ce travail est pour Palumbo un moyen de questionner.

Montréal, 1983





































Conception du site: Raymond Carpentier (rcarpentier@hotmail.com)